En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 27/02/2018

Inventaire

Deux inventaires d’archives paroissiales : les fonds de Saint-Pierre-de-Vassols et de Saumanes, témoins de la vie religieuse en Comtat Venaissin, du XVe au XIXe siècle

La Révolution, en prononçant la suppression de tous les corps religieux de l’Ancien Régime, y compris les confréries et les paroisses, ordonna en même temps le séquestre de leurs archives ; celles-ci, considérées comme de peu d’intérêt par des administrations révolutionnaires qui se chargeaient avant tout des papiers des communautés possédant des biens fonciers, furent parfois oubliées sur place, reléguées dans les placards humides des sacristies, menacées de destruction, de dispersion, voire de vol. Elles furent longtemps en grand péril au point que certains fonds d’archives du XIXe siècle, comme les fabriques, ont quasiment disparu. C’est bien ce qui a failli se passer pour les paroisses de Saumanes-de-Vaucluse et de Saint-Pierre-de-Vassols, dont les archives – signalées en déficit –  ont été retrouvées en 2011 et en 2014 dans des remises, comme par miracle, par des particuliers dont il faut saluer l’heureuse initiative d’avoir de suite alerté le service des archives départementales.

Le fonds de Saumanes, petite paroisse de l’ancien diocèse de Cavaillon, remonte au XVe siècle, époque où l’abbé de Sénanque, prieur de Saumanes, signa une transaction au sujet de la dîme prélevée sur les habitants. Ici, plusieurs micro-corps religieux, parfois en concurrence, dotés de quelques biens, assuraient les services religieux ; vicairie perpétuelle, secondairerie, chapellenies et confréries, encadrèrent sur le plan spirituel jusqu’à la Révolution la petite communauté, qui prit grand soin de son église, dédiée à saint Trophime, encore décorée de plusieurs tableaux et statues.

Le fonds de Saint-Pierre-de-Vassols, au diocèse de Carpentras, est plus modeste, comme l’était cette humble paroisse, ancien prieuré de l’abbaye de Montmajour, qui n’avait pas statut de communauté d’habitants, mais s’est développée entre Modène et Crillon ; son organisation comme paroisse dès 1649 lui valut d’être érigée en commune de plein exercice, à la Révolution.

Dans les deux paroisses, le XIXe siècle fut une époque d’intense vie religieuse, avec la restauration des églises, des confréries, des processions et des pèlerinages ; à Saint-Pierre-de-Vassols, l’église fut entièrement reconstruite de 1854 à 1859.

Un autre point commun réunit les deux paroisses : au temps fort de la « conquête des âmes », c’est le même Frère Hyacinthe de la Conception, du tiers ordre des dominicains des couvents réformés de Bedoin et du Thor, qui procéda à l’établissement d’une confrérie du Rosaire dans les chapelles, déjà consacrées à la Vierge, de Saint-Pierre-de-Vassols (en 1710) et de Saumanes (en 1712). L’ordre de Saint-Dominique, et tout particulièrement en Comtat Venaissin la nouvelle congrégation réformée par le P. Le Quieu, s’employa à multiplier les missions dans les campagnes pour répandre la dévotion à la Vierge par le rosaire et ériger à la demande des communautés d’habitants, des confréries dotées d’indulgences ; celles-ci furent actives tout au long du XVIIIe siècle, et se reconstituèrent au siècle suivant.

Accéder à l'inventaire de la paroisse de Saumanes
Accéder à l'inventaire de la paroisse de Saint-Pierre-de-Vassols

Ill. :
Antiphonaire de l'église de Saumanes (détail), XVIIIe s. (AD Vaucluse 154 J 13)


S'abonner au flux RSS