En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 06/06/2018

Le document du mois

Pour la journée internationale des archives (9 juin), les archivistes que nous sommes ne résistent pas au plaisir de vous offrir une petite trouvaille réjouissante

Il s’agit du papier à en-tête de J.M. Luttwiller, archiviste sous la dénomination « À Madame de Sévigné ». Notre homme, installé à Montségur-sur-Lauzon, tout près de Grignan comme il se doit avec une telle enseigne, propose différents produits et prestations : fabrique de cartonnages, sacs en papiers et cornets cartouches (sic), mais aussi imprimés en tous genres pour administrations, arts et commerce et enfin atelier de reliure et – bien sûr – classement d’archives.

Ce n’est pourtant pas en tant qu’archiviste, mais en tant que cartonnier, qu’il démarche la réglisserie Florent, installée à Cantarel (Montfavet), à travers quatre courriers en date des 23 juin, 11 juillet, 31 juillet et 25 octobre 1881, tous sur ce même papier à en-tête. J.M. Luttwiller propose la fourniture de boîtes et étiquettes à cette entreprise florissante, qui se préoccupe déjà à cette époque de l'emballage de ses « perles », « grains de café » et autres « crottes de rats » de réglisse parfumée à la menthe, à l’anis ou à la violette par centaines de milliers.

J.M. Luttwiller, qui vient de s’installer à son compte après sa séparation d’avec ses associés Ricou & Cie, met en avant tous les arguments possibles pour convaincre la société Florent & Cie de lui passer une commande. Il souligne que le meilleur du personnel de Ricou l’a suivi. Il propose des tarifs inférieurs à ceux pratiqués par les maisons de Valréas, chez qui se sert Florent (Revoul et Faye) et, n’ayant pas obtenu de réponse à sa première sollicitation, il relance avec un rabais supplémentaire de 1% sur le prix initialement proposé. Il invoque sa qualité d’ « Alsacien émigré » et le fait qu’il est « avignonais par [son] option » et par son mariage. Il fait même porter sa troisième lettre chez Florent par son épouse ! Et ne manque pas de rappeller par deux fois la sympathie existant entre le grand père de son épouse, le maître d’armes Lafont, et M. Florent Père.

Ces lettres de J.M. Luttwiller sont conservées dans le fonds de la société Florent et plus particulièrement dans l’abondante série des lettres reçues par l’entreprise entre 1852 et 1967, actuellement en cours de classement (10 J 987 cote provisoire).
Si les réponses de l’entreprise Florent n’ont pas été retrouvées dans les registres des copies des lettres envoyées (10 J 35 à 37, en cours de classement), on comprend néanmoins par les lettres de Luttwiller que Florent consent en octobre 1881 une petite commande de 6 000 boîtes. Toutefois, malgré sa vaillante devise « In labore virtus », le cartonnier-archiviste n’a apparemment pas reçu d’autre ordre de l'entreprise, peut-être en raison des retards, pour d’obscurs motifs de « semailles » et d’« incendie », dans la livraison des boîtes de cette première commande.

S'abonner au flux RSS