En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 30/09/2019

Inventaire

En cette période de rentrée, le service des archives départementales met en ligne les inventaires des quatre maisons d’arrêt de Vaucluse

Les prisons du XIXe s. succèdent à un système pénitentiaire diversifié, et établi à Avignon depuis plusieurs siècles dans une tour du palais des Papes.

En 1811, un décret impérial transfère la propriété  des prisons aux départements.

A cette époque, quatre prisons coexistent dans le département, une par arrondissement : Apt, Orange, Carpentras, et Avignon. Chacune d'elles renferme une maison d’arrêt (prévenus sous mandat d’arrêt ou de dépôt), une maison de correction (condamnés à de courtes peines) et pour celle de Carpentras une maison de justice pour les accusés devant passer aux assises. Avignon a connu également la présence de forçats et bagnards de 1873 à 1896.

Tout au long du XIXe s. la question de l’enfermement cellulaire ou collectif s’est posée ; toutefois avec la construction de la nouvelle maison d’arrêt d’Avignon en 1864 c’est encore le deuxième régime qui est retenu. Il faut attendre 1909 pour voir l’aménagement d’un quartier cellulaire.

Avec la réforme judiciaire et pénitentiaire de 1926, les prisons d’Apt et d’Orange ont été fermées puis en 1957 celle de Carpentras.

Quant à la maison d’arrêt d’Avignon le site de Sainte-Anne au pied du rocher des Doms, est abandonné en 2003, date à laquelle les détenus sont transférés vers le nouveau centre de détention du Pontet.
Les fonds des prisons d’Apt et d’Orange ne conservent plus que des registres d’écrou. Les archives étant entièrement perdues de 1890 à 1926.

Les fonds des prisons de Carpentras et d’Avignon sont très documentés grâce à une conservation quasi exhaustive des archives retrouvées pour la plupart en 2003.

Le fonctionnement de ces deux établissements est bien représenté par des archives sur la réglementation, le personnel, la population carcérale (registres d’écrou), le contrôle nominatif, des dossiers de détenus, le régime de la détention, la surveillance, le travail pénitentiaire et ce jusqu’à leur fermeture respective.

Consulter les inventaires :

S'abonner au flux RSS