En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 12/07/2018

Inventaire

De 2013 à 2017, plusieurs fonds d’archives de soldats de la guerre de 1914-1918 ont été remis aux archives départementales à titre de don ou pour être numérisés. Coup d’œil sur quelques-uns d’entre eux.

Ils ont été simples soldats comme Henri Leydier, mort au front en 1917 et Léon Brunet, d’Aubignan, « combattant du 3e de ligne » comme il s’intitule, ou officiers tels le capitaine Pierre Desaulle et le colonel Louis Braquet ; tous les quatre ont laissé des souvenirs écrits tels lettres aux proches et récits des événements qu’ils ont vécus, de celle que l’on nomme « La Grande guerre ».

Leurs papiers, jaunis par le temps, soigneusement rangés au fond de l’armoire, livrent les photos des camarades de front, les cartes postales illustrées du soldat héroïque qui se bat pour la France, les lettres échangées avec l’épouse, les parents, les amis dans lesquelles, selon les destinataires, les mots sont soigneusement pesés, les « journaux de guerre », ces récits souvent recomposés après le conflit d’après de petits carnets tenus au jour le jour, qui disent la réalité du front et de la vie quotidienne du soldat.

Il fallait attendre que s’éteignent une ou deux générations ayant connu la guerre, pour qu’à la faveur de « la Grande collecte », organisée à partir de 2013 par les Archives de France pour commémorer le centenaire des combats de 1914-1918, ces papiers de l’intime sortent de l’oubli et du statut de relique familiale, pour parvenir aux Archives et être mis à l’honneur.

Des descendants et parents d’anciens poilus ont confié aux archives départementales, pour les préserver définitivement ou pour être numérisés, plusieurs enveloppes ou cartons de documents, correspondance, photographies, diplômes, et même souvenirs matériels comme l’éclat d’obus, conservé dans le « portefeuille miraculeux » du soldat Léon Brunet, blessé en 1916, qui lui sauva la vie grâce aux photos cartonnées qu’il contenait.

Certains fonds, remis en dons, ont été répertoriés dans le Catalogue des sources de la guerre 1914-1918 mis en ligne et actualisé régulièrement au rythme de nouvelles entrées. Ceux qui ont été numérisés et restitués à leurs détenteurs, font l’objet d’un instrument de recherche avec accès privilégié, dans leur contexte, aux documents et aux images.

Quatre petits fonds de papiers de ces soldats de 1914-1918 sont aujourd’hui présentés :
 

S'abonner au flux RSS