En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 29/06/2018

Le document du mois

« Tu m’as conduit dans la garrigue à l’heure où l’air n’est que cigales,

Les troupeaux anciens n’ont laissé qu’un peu d’une terre frugale

Et ce parfum de la lavande on dirait foulé de leurs pieds … »

Ce poème de Louis Aragon extrait du Roman inachevé (1956) correspond doublement au personnage de Pierre Viala (1922-2013), comédien, artiste, conteur, qui parcourut le monde de récitals en récitals, tel un baladin de la poésie française au service des auteurs et écrivains de son pays, et qui trouva refuge dans les années 1970 à Gordes où il se prit de passion pour le village des bories qu’il redressa de ses ruines.

Formé à la grande tradition de la déclamation classique de la Comédie française et des théâtres parisiens sur la scène desquels il commença sa carrière, Pierre Viala, filmé  ici au soir de sa vie par son ami Jean-Paul Lavergne, en 2009, récite ce court poème de Louis Aragon, issu d’un recueil de textes autobiographiques, tout en remontant à pied le sentier du célèbre mur de la peste, quelque part entre Cabrières-d’Avignon et Venasque.

Dans ce poème, Louis Aragon évoque la garrigue, les cigales, la lavande des environs de Venasque, et ce mur de la peste  érigé en 1721 selon la technique de la « pierre sèche » pour se prémunir des progrès de l’épidémie qui ravageait alors la Provence.

Il fallait le style et le talent de Pierre Viala pour faire vibrer ces vers de 16 syllabes se rapprochant davantage de la prose d’un récit poétique que des alexandrins de  la poésie classique, et faire découvrir le regard posé par Louis Aragon sur la Provence de Gordes.

Pour aller plus loin,
Lire le poème
Consulter l’inventaire du fonds Pierre Viala

Lire la vidéo du poème dit par Pierre Viala (43 Mo)

S'abonner au flux RSS