En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 08/04/2016

Inventaire

Constitué des plaques de verre photographiques du capitaine Marie, un nouveau fonds iconographique illustre la vie bourgeoise et militaire de la Belle Époque

Entré par don en 2007, le fonds Félix Marie est constitué exclusivement de près de 400 plaques de verre photographiques prises entre 1892 et 1910 ; il vient en complément des papiers provenant de ce même officier, natif de Vaucluse, conservés aujourd’hui aux archives du Service historique de la Défense, à Vincennes. Ce fonds photographique illustre la vie de famille et de relations de Félix Marie (1870-1938) et de ses frères et sœur, depuis le village natal de Sault (représenté par de belles scènes autour de la culture de la lavande), jusqu’au Poitou, berceau de la belle-famille des deux frères Marie, autour de collections de portraits et de photographies de groupes ; le mariage en 1905 de Félix Marie et de Suzanne Réau permet de suivre le jeune couple au cours d’un voyage en Italie, à Venise et sur le lac Majeur.

Mais l’intérêt principal du fonds réside dans les nombreuses vues de scènes de la vie militaire prises au fil de la carrière du lieutenant puis capitaine Marie qui s’est déroulée entre 1892 et 1910 dans les villes de garnison de son régiment d’artillerie et dans les camps d’aviation qu’il a fréquentés à Toulouse, Pau et Paris. La triple casquette de Félix Marie, qui fut à la fois artilleur, cavalier et aviateur, étend les prises de vues photographiques sur plusieurs aspects de la vie militaire des années précédant la Grande Guerre : ainsi, le jeune officier ou ses camarades, se font photographes des essais de tirs de canon, des parades équestres et des sauts d’obstacle à cheval, des ascensions en ballon, et encore des calculs des angles de tir grâce au ruban goniomètre, mis au point par Félix Marie lui-même en 1908.

Il convenait de protéger ces plaques de verre fragiles, tout en assurant leur communication et leur valorisation au moyen d’un instrument de recherche et d’index ; c’est chose faite. La qualité de plusieurs de ces photographies fait aussi regretter l’absence dans le fonds de clichés postérieurs à 1910, ce qui nous prive d’images sur la suite de la carrière de Félix Marie durant la guerre de 1914-1918 et jusqu’à sa nomination comme général de brigade en 1927.

Accéder à l'inventaire du fonds Félix Marie



 

S'abonner au flux RSS