En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 15/09/2017

Le document du mois

En 2017, les Journées européennes du Patrimoine mettent à l’honneur la jeunesse. Pour illustrer cette thématique, les archives ne résistent pas au plaisir de partager avec vous la lecture de ce savoureux petit journal* de la colonie de Sorgues à Savoillan.

Tenu par une enseignante, directrice de la colonie, ce cahier fut rédigé à plusieurs mains grâce à la collaboration active des moniteurs et des petits colons. Agrémenté de dessins, de cartes postales et de photographies d’élèves, il relate le quotidien des enfants, du 7 août au 20 septembre 1945 dans « la colo » installée pour l’occasion dans l’ancienne école de Savoillan. Ses écrits témoignent aussi de la vitalité d’un pays durement éprouvé par un conflit à peine terminé, qui aspire à retrouver sa « grandeur ».

C’est dans ce contexte d’après-guerre que la colonie de Sorgues se donne pour thème « le rayonnement de la France ». Ainsi, les noms qui désignent les équipes de filles ou de garçons empruntent au vocabulaire de l’Empire colonial français ; quant aux cris de ralliement, ils exaltent la ferveur patriotique. Un midi, un repas festif est prétexte à fêter le débarquement de Provence du 15 août 1944.

En charge de missions éducatives, les adultes qui encadrent les joyeuses troupes sont des « grandes-sœurs » pour les filles, et des « chefs », ou « cheftaines » pour les garçons. Ils organisent les journées en alternant activités de plein-air (promenades, parties de " ballon prisonnier "…) et animations pédagogiques au travers de lectures, de chants et de leçons de géographie et d’histoire. Cette séquence est d’ailleurs illustrée par une visite patrimoniale du village de Montbrun dans la Drôme au cours de laquelle « grande-sœur Raymonde » aborde la féodalité puis la Deuxième Guerre mondiale, en évoquant la démolition par des grenades allemandes de trois maisons qui abritaient de jeunes maquisards. Au-delà de ces enseignements, les moniteurs transmettent certaines valeurs morales telles que la tolérance, le respect, la loyauté, l’esprit de groupe, et l’entraide…ah, les corvées d’épluchage !

Il semble régner beaucoup d’humanité dans cette colonie. Les enfants, dociles et déférents, sont couvés par des adultes soucieux de leur bien-être comme le soulignent les bulletins de santé particulièrement détaillés de la directrice ou les plats appétissants et roboratifs de Mme Roudet.

Pour déguster cette petite madeleine sans modération, suivez ce lien 


* Ce cahier, donné par l’association Études sorguaises https://etudessorguaises.fr/ , provient des papiers de Mademoiselle Raymonde Pantel, institutrice libre de l’école Marie Rivier à Sorgues (AD Vaucluse 1 J 1017).

S'abonner au flux RSS