En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 26/07/2017

Le document du mois

Il y a 100 ans, la loi sur l’allaitement des mères salariées sur leur lieu de travail voyait le jour.

Les lourdes pertes engendrées par la Grande Guerre vident les champs et les usines de la main-d’œuvre masculine. Les femmes, devenues chefs de famille, ont désormais la charge de subvenir aux besoins du foyer. C’est ainsi que les emplois laissés vacants par les mobilisés les contraignent à prendre la tête des exploitations agricoles mais aussi à intégrer des secteurs d’activités auxquels elles n’avaient jusque-là pas accès, notamment ceux de l’industrie de l’armement. Durant la guerre, la part de la population active féminine augmente : de 38 % en 1911, elle passe à 46 %  fin 1918.

Dans ce contexte, Albert Thomas, sous-secrétaire d’État de l’artillerie et des munitions à l’équipement militaire, crée par la circulaire du 21 avril 1916 le Comité du travail féminin qui a pour mission d’organiser le travail des femmes mais aussi d’améliorer leur situation matérielle et morale. L’une des mesures que ce Comité souhaite promouvoir porte sur les chambres d’allaitement. C’est sur ses recommandations que la loi du 5 août 1917 sur «  l’allaitement maternel dans les établissements industriels et commerciaux » est promulguée. Les industriels, employant plus de cent ouvrières âgées de plus de quinze ans, doivent alors aménager des chambres d’allaitement ainsi que des crèches pour permettre aux mères d’allaiter quotidiennement deux fois vingt minutes.

Contraignante et complexe à mettre en œuvre, cette loi visant à protéger la femme en couches, à lutter contre la dénatalité et à préserver les emplois n’eut pas à l’époque le succès escompté. Mais la protection sanitaire et sociale demeure un enjeu tel, que le droit d’allaiter sur son lieu de travail dans un local dédié a perduré : il est aujourd’hui inscrit dans le Code du travail.

Lire l’intégralité de la loi publiée au J.O. en 1917
Lire  les articles R1225-5 à 7 du Code du Travail
Agrandir l’affiche du Comité national de l’enfance

Ill. :
- Loi du 5 août 1917 publiée au J.O.
- Affiche du Comité national de l’enfance, section de Vaucluse, 1919-1928  (AD Vaucluse 3 X 19)

 

 

S'abonner au flux RSS