En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Mis à jour le 30/01/2019

Le 11 octobre 1915, Jean-Henri Fabre décédait dans sa propriété de l'Harmas à Sérignan-du-Comtat à l'âge de 91 ans. Le centenaire de sa mort est l'occasion de rappeler combien le sérignanais d'adoption, autodidacte éclectique, reconnu pour ses travaux novateurs, fut une figure populaire et admiré en Vaucluse.

Les archives départementales conservent quelques traces de celui que Victor Hugo surnommait l’Homère des insectes. Nous vous proposons une petite incursion dans son univers au travers de documents variés dont certains recèlent parfois des témoignages inattendus. 

Quelques éléments de biographie

Durant son enfance passée dans l’Aveyron où il est né à Saint-Léons le 21 décembre 1823, Jean-Henri Fabre développe très tôt une passion pour la nature et manifeste une forte envie d'apprendre. Or, en raison de l’instabilité professionnelle de son père qui contraint la famille à déménager souvent, Jean-Henri connaît une scolarité chaotique. À 14 ans, il est élève au séminaire de Toulouse mais la famille doit à nouveau partir pour s’établir à Avignon. À la même époque, le petit Fabre, dans l'obligation de gagner sa vie, accepte aussi différents emplois, sans toutefois entamer sa volonté de poursuivre des études.

Sa ténacité est récompensée puisqu’il débute sa carrière d'instituteur à Carpentras à l’âge de 19 ans. Il épouse l'année suivante Jeanne Marie Césarie Villard, également institutrice dans la commune. Sept enfants naissent de cette union mais beaucoup décèdent avant d'avoir atteint l'âge adulte dont Jules, fils chéri et collaborateur passionné du naturaliste, qui décède en 1877

En 1879, il fait l'acquisition d'une propriété d'une surface de près d'un hectare dans le quartier des Grès à Sérignan-du-Comtat, c'est l'Harmas. Il dote ce lieu de vie d'un cabinet de travail et d'une serre, théâtres de ses expérimentations botaniques et entomologiques.

Après le décès de sa première épouse en 1885, Jean-Henri Fabre épouse en secondes noces le 23 juillet 1887, Marie Josèphe Daudel, fille de l’épicière du village ; ils auront trois enfants.

C'est dans le cadre délicieux de l'Harmas, auprès des siens, qu'il poursuit ses travaux jusqu'à ce qu’il s’éteigne le 11 octobre 1915.

 

 

Acte d'acquisition de l'Harmas

Acte de décès de Jean-Henri Fabre



Vers où vole l'hyménoptère ?

S'instruire et instruire

Jean-Henri Fabre fut un étudiant et un chercheur infatigable. Lorsqu’il  présente en 1840, un concours à l'école normale primaire d'Avignon pour devenir élève boursier, il est reçu. Le 23 juillet 1842, il demande l'autorisation au recteur de l'académie de Nîmes de passer l’examen du brevet supérieur, et il obtient le brevet de capacité d'instituteur le 4 août 1842. Fabre est le premier d'un classement établi en fonction du mérite, il détient les meilleures appréciations sauf en écriture. La même année, le jeune Fabre trouve un poste d’enseignant à Carpentras, et c’est en plein air qu’il dispense ses leçons de sciences naturelles.

Parallèlement à son activité professionnelle, il reprend ses études. En 1847, il décroche une licence de sciences mathématiques, en 1848 une licence de sciences physiques, en 1854 une licence ès-sciences naturelles et enfin, il obtient en 1855 un doctorat .

En 1849, Fabre est nommé professeur de physique à Ajaccio. Durant quatre années, il explore la faune et la flore de l'île, transcrit ses observations, en bénéficiant des conseils d'Esprit Requien botaniste avignonnais et d'Alfred Moquin-Tandon zoologiste montpelliérain. Puis il revient enseigner sur le continent en 1853 et se fixe avec sa famille à Avignon.

Le ministre de l'Instruction publique en personne, Victor Duruy,  lui confie en 1867 la création de cours du soir à destination des adultes mais ses méthodes d'enseignements déplaisent à certains et il démissionne de l’enseignement fin 1870, s’installe avec sa famille à Orange pour se consacrer pleinement à la recherche et à l’écriture. Les expéditions botaniques qu'il organise dans le mont Ventoux lui permettent d'enrichir notablement ses travaux.

 

 

Liste des élèves admis le 9 et le 10 août 1840 en qualité de boursiers à l’école normale primaire d’Avignon

Tableau du personnel des élèves-maîtres ayant fréquenté l’école normale primaire d’Avignon pendant l’année scolaire 1841-1842, avec les appréciations

 

Un savant aux talents multiples

Durant ses années d’enseignant, Fabre qui se consacre toujours à la botanique et à l’entomologie, s’intéresse à l'éthologie. Ses connaissances en chimie lui permettent de réaliser une étude sur la garance  et de déposer des brevets d'invention. Durant cette période, il va également publier de nombreux livres de vulgarisation des sciences, Chimie agricole paru en 1862 est son 1er manuel scolaire.

En 1866, la municipalité avignonnaise le nomme conservateur du musée d’histoire naturelle (aujourd’hui musée Requien).

Écrivain et poète à ses heures, ami de Roumanille et de Mistral, Fabre rejoint le félibrige en 1868. Il commence à cette époque la rédaction de Souvenirs entomologiques. En 1909, il publie aux éditions Roumanille Oubreto Prouvençalo dóu Felibre di Tavan, rambaiado pèr J.H. Fabre (Œuvrettes Provençales du Félibre des Hannetons recueillies par J.-H. Fabre)

En 1878, il écrit un essai sur les champignons Sphériacées du Vaucluse qu'il illustre de jolies planches, à découvrir à l’Harmas.

Le Ciel, Science élémentaire par Jean-Henri Fabre, 1873

 Découvrir un extrait de Souvenirs entomologiques pour apprécier le charme de l'écriture de Fabre

Humilité et notoriété

Pour autant, le savant qui possède des compétences variées en botanique, chimie, entomologie, littérature et peinture, demeure un homme d'une grande simplicité. Ses nombreuses distinctions, ses amitiés prestigieuses, les avancées scientifiques auxquelles il a contribué – sur les conseils de Fabre, Louis Pasteur va endiguer l'épidémie de pébrine qui décime la production de vers à soie en 1865 – n'altèrent pas sa nature profonde, l'homme reste modeste.

C’est cette même humilité qui lui interdit de réclamer des subsides lorsqu’il rencontre des difficultés financières alors que retraité depuis de nombreuses années, ses manuels scolaires ne se vendent plus. Aussi, en 1908, à l'initiative du préfet et pour permettre à Fabre de poursuivre ses recherches, le conseil général de Vaucluse vote à l’unanimité le versement d’une rente annuelle.

On évoque parfois une reconnaissance tardive de son travail. Pourtant, le 18 avril 1868, il est fait chevalier de la Légion d'honneur, et sera promu officier le 1er août 1910. Il est aussi membre de plusieurs académies dont l'Académie des sciences (au titre de correspondant). Sa renommée est grande à la fin de sa vie, comme en témoigne cette entrevue :  le 14 octobre 1913, il reçoit la visite d'un hôte illustre en la personne du président de la République Raymond Poincaré.

Cette visite d’importance va marquer les esprits des vauclusiens, comme le relate de façon piquante Laure Chaffard, une institutrice congréganiste, qui habite non loin de Sérignan, à Camaret.

Lire l'article paru dans la revue hebdomadaire L'Illustration lors du décès de Jean-Henri Fabre (n°3789 du 16 octobre 1915)

Lire la décision du conseil général de Vaucluse d'attribuer une rente annuelle à Jean-Henri Fabre en 1908

 

 

Les anecdotes de Laure Chaffard sur le grand homme

Portrait de Jean-Henri Fabre, carte postale (AD Vaucluse 1 J 1276/129)

Verso de la carte postale, 1913 (AD Vaucluse 1 J 1276/129)

Le 14 octobre 1913, de retour d'un voyage officiel en Espagne, le Président de la République Raymond Poincaré passant par Avignon, rend visite à Jean-Henri Fabre dans sa propriété de l'Harmas. Cet hommage inspire à Laure Chaffard des réflexions qu'elle couche sur une carte postale illustrée d'une photo de l'entomologiste :

Recto :
[Il habite Sérignan (Vse) dans sa propriété de le Harmas et s'occupe des insectes. Le 14 octobre 1913, il a eu l'honneur de recevoir M. Poincarré, Président.]

Verso :
[Oui, cet homme simple et modeste a eu le grand honneur de recevoir le Président de la République Poincarré. Nous sommes allés voir l'un et l'autre avec Elise, Marg. Marielle et Marie Clavel. La foule était assez grande et pour avoir de bonnes places il nous a fallu les prendre une heure à l'avance ; enfin nous avons bien vu Poincarré puis nous avons pénétré dans la propriété de Fabre et avons pu le voir dans son salon par la fenêtre ouverte. Il était tout ému de l'honneur fait à sa vieillesse (90 ans). Quand tout a été fini, nous avons repris toujours à pied, le chemin de Camaret. Le retour s'est fait en chantant.]

Jean-Henri Fabre à sa table de travail, carte postale, 1915 (AD Vaucluse 1 J 1276/150)

Verso de la carte postale, 1915 (AD Vaucluse 1 J 1276/150)

Le 14 octobre 1915, Laure Chaffard est présente dans la foule réunie pour saluer la mémoire de Jean-Henri Fabre, décédé le 11 octobre 1915. Elle observe l'assistance et en croque certains de cette façon :

Verso :

[M. Fabre, le célèbre entomologiste est mort et on l'enterre aujourd'hui à Sérignan ; comme c'est jeudi, nous allons voir les gros bonnets qui honoreront le cortège de leur présence. En bécanes, nous y sommes vite et allons jusqu'à la maison mortuaire, d’où l'enterrement sort bientôt ; assez de monde, surtout de messieurs, d'officiers, deux préfets, des sommités, 7 prêtres ; notre curé fait diacre ; grand'messe, puis au cimetière où nous entendons 7 discours impis ; retour au cimetière avec Mme Dunan esquintée de cette course; nous la laissons pour aller reprendre notre bécane et nous repartons sur Camaret. À l'enterrement, nous avons servi de bouches trous.]

En savoir plus sur Laure Chaffard

En 2012, Mme Chantal Berthelot a fait don aux archives départementales de Vaucluse des papiers personnels de sa cousine Laure Chaffard (1877-1960), institutrice libre à Camaret de 1905 à l'entre-deux guerres.

Chaque dimanche, Laure fait des excursions dans le département en compagnie de sa sœur Marie, et relate ses impressions au verso de cartes postales. Deux d'entre elles convoquent la mémoire de l'homme de sciences.

Accéder à l'inventaire du fonds Laure Chaffard

 

 

Et pour les amoureux des insectes,

retrouvez de jolis spécimens dans le fonds Jauréguy en suivant les fourmis