En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Mis à jour le 03/09/2018

Dès la création de l'écriture, il y eut des archives…

La nécessité d'archiver est ancienne

Dès la création de l'écriture, il y 5000 ans, la nécessité d'archiver est apparue.

Si la plupart des civilisations et des institutions ont conservé les traces écrites de leur administration dans des lieux fixes, au Moyen Âge, certains seigneurs comme le roi de France, au mode de vie plutôt nomade, transportaient avec eux leurs archives, nécessaires dans la gestion du royaume.

 

Autrefois, les archives étaient l'apanage des possédants et des puissants, suzerains, seigneurs et communautés, laïques ou religieux, elles les suivaient dans leurs déplacements, jusqu'au jour où l'administration qui les gérait se fit plus sédentaire.

À la bataille de Fréteval, en 1194, Philippe Auguste perdit les archives de la royauté française ! En partie reconstituées, elles sont devenues le « trésor des chartes », conservé à la Sainte-Chapelle consacrant ainsi leur sédentarisation.

En 1309, année où le pape Clément V arrivait à Avignon, le roi Philippe le Bel nommait Pierre d'Étampes garde de ce trésor.

En Vaucluse, les plus anciens documents d'archives ont plus de mille ans ! Soigneusement conservées par les institutions ou les familles dans lesquelles elles se trouvaient, ces traces anciennes ont pu être transmises à notre génération.

Les services d'archives sont créés à la Révolution

La Révolution française a jeté les bases législatives et réglementaires de l'organisation du réseau actuel des services d'archives en France.

À partir de 1790, les administrations de l'Ancien Régime furent supprimées et leurs titres et papiers réunis dans des dépôts nationaux et départementaux ; y furent également rassemblées les archives des familles émigrées.

Sur la base de l'utilité juridique et de l'intérêt historique des archives, la loi établit en 1794 les principes de centralisation des archives de la Nation et de leur accessibilité à tout citoyen.

En 1793, Jean-Étienne Nery, ancien chartreux, devint le premier archiviste du département. Placé à la tête des archives, il organisa en 1796 à Avignon le "dépôt des titres nationaux" où il regroupa les principaux fonds d'archives d'Ancien Régime, répartis en deux sections historique et domaniale, riches de plus de 3000 registres et 4000 liasses et cartons ; il en dressa les premiers inventaires.

Après la Révolution, rattachés aux préfectures créées en 1800, les « bureaux » des archives départementales ont accueilli les dossiers produits par les administrations à l'échelon des départements.

Les principaux textes