En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Actualité du 14/01/2020

Rencontres

Retour en images sur la conférence donnée par Jacques Mille et Paul Fermon en juin 2018

Ce trésor vauclusien, découvert en 2002 dans un fonds de notaire est peut-être l’un des plus anciens portulans conservés.

Cette trouvaille, on la doit à un historien amateur local qui, en consultant des minutes du XVIe s. d’un notaire de Pernes, a été intrigué par les dessins en couleurs sur la couverture en peau du registre. Les archivistes avisés ont alors découvert une véritable carte marine. Ils ont fait restaurer le registre en 2003 pour en isoler la couverture et rendre visible la carte.

Depuis, la carte patientait sagement jusqu’à sa redécouverte en 2015 par Paul Fermon, qui travaille alors à sa thèse sur Les représentations des espaces locaux dans les documents juridiques et iconographiques entre Alpes et Rhône du début du XIVe siècle au début du XVIe siècle. Il en fait l’étude en la replaçant dans le contexte historique de la papauté au début du XIVe siècle, s’appuyant pour cela sur les travaux d’universitaires spécialistes des cartes marines médiévales. Cette exploration l’amène à la conclusion qu’il peut s’agir "d’une œuvre précoce, antérieure ou contemporaine de la masse de production cartographique marine qui vit le jour durant les deux premières décennies du XIVe siècle."

En 2017, Jacques Mille, professeur de géographie à la retraite, membre du Brussels Map Circle,  apprend de Paul Fermon l’existence de ce portulan. Après une observation minutieuse, il a lui aussi l’intuition qu’il s’agit d’un des plus anciens connus aux côtés des cartes Pisane, de Cortona, de Lucca, Riccardiana, de Vesconte, Dulcert. Il en fait une présentation auprès du Brussels Map Circle dès avril 2017 et fait paraître un article dans la revue Maps in History.

Gageons que l’étude approfondie  commandée auprès de spécialistes tels que Tony Campbell et Ramon Josep Pujades i Bataller apportera de nouvelles lumières sur l’apparition quelque peu mystérieuse de ces cartes, comme sorties de nulle part et restant largement à élucider, fin XIIIe et début XIVe siècles et dont déjà trois exemples vauclusiens ont été donnés à la Bibliothèque Nationale de France dans les années 1930.

  • Voir la vidéo de la conférence
S'abonner au flux RSS