En poursuivant votre navigation sans modifier vos paramètres de cookies, vous acceptez l'utilisation des cookies pour disposer de services et d'offres adaptés à vos centres d'intérêts. Plus d‘information sur l’utilisation des cookies.

fermer le bandeau
Retour à l'accueil des Archives départementales
Vous êtes ici :

Mis à jour le 05/10/2016

L’histoire particulière du département de Vaucluse, formé de plusieurs territoires distincts, se reflète dans ses fonds

Le cadre de classement des Archives départementales

Un fonds est un ensemble structuré de documents de toute nature, constitué, dans le cadre de ses activités, par ce que l'on appelle "un producteur", dans la langue des archives.

Les fonds conservés aux Archives ont été formés par des institutions et organismes, publics ou privés, des associations, des entreprises, des familles, tous issus du territoire depuis le Moyen Âge jusqu'à aujourd'hui.

Tous les fonds conservés aux Archives départementales de Vaucluse sont classés selon un cadre commun à toutes les Archives départementales de France. Ce cadre de classement est divisé en séries, désignée chacune par une lettre, qui regroupe fonds ou parties de fonds, provenant de producteurs de même nature ; par exemple toutes les juridictions d'Ancien régime sont regroupées en série B, et celles entre 1800 et 1940 en série U.

Chaque série est elle-même subdivisée en sous-séries numérotées. C'est la combinaison des lettres de série et des chiffres des sous-séries qui crée la cote des documents classés dans ces sous-ensembles.

Exemple : 1 G 783

  • G indique la série. Dans un service d'archives départementales, il correspond aux documents provenant du clergé séculier de l'Ancien Régime.
  • Le 1 placé devant est une subdivision, une sous-série, identifiant une institution particulière du clergé séculier (exemple : chapitre métropolitain d'Avignon).
  • Le 783 placé après la lettre désigne le numéro de l'article, soit la plus petite entité de la série.

Cadre de classement des Archives départementales de Vaucluse

  • les archives anciennes, antérieures à 1790, séries A à H, sauf F,
  • les archives modernes, depuis 1790, séries K à Z, sauf W,
  • les archives contemporaines, depuis 1940, série W,
  • les archives d'origine privée entrées par voie extraordinaire (saisies révolutionnaires, dons et achats) classées en séries F et J,
  • les archives des établissements publics classés en série ETP,
  • les documents figurés (cartes postales, cartes, plans) classés en série Fi,
  • les documents audiovisuels classés en série Av,
  • les microfilms inventoriés en série Mi,
  • les documents stockés sur support informatique en série Num,
  • les revues, les journaux, les ouvrages concernant le département, classés en périodique (Per), documentation (Doc), bibliothèque (Biblio) et bibliothèque administrative (BA).

Certaines communes et certains hôpitaux du département ont également déposé leurs fonds anciens et modernes aux Archives départementales pour assurer aux documents de meilleures conditions de conservation. Il existe un cadre de classement propre aux archives communales ou hospitalières.

La spécificité des fonds vauclusiens

Si le cadre de classement est extérieurement le même pour tous les départements de France, les fonds eux-mêmes sont le reflet du territoire dont ils proviennent, depuis le Moyen Âge jusqu'à aujourd'hui, et chaque département décline le contenu de ses séries archivistiques selon son histoire.

Le gouvernement pontifical

La présence de cinq siècles de gouvernement pontifical est marquée, parmi beaucoup d'autres, dans les fonds de :

  • la Légation (série A) ,
  • la Chambre apostolique ;
  • la Rectorie du Comtat, ainsi que de nombreuses instances judiciaires (série B)
  • les délibérations des États du Comtat Venaissin (série C).

Les archives de la papauté d'Avignon (XIVe siècle) ne sont plus conservées à Avignon. Elles ont été transférées à Rome après le départ des papes, et définitivement au XVIIIe siècle.

Principauté d’Orange

Les archives de la principauté d'Orange sont conservées en partie (série E) , malgré des dispersions répétées au cours des siècles.

Partie provençale

Pour l'histoire administrative de la partie provençale, à l'est et au sud de l'actuel département, il faut souvent avoir recours aux archives des Bouches-du-Rhône et des Alpes-de-Haute-Provence.

Archives ecclésiastiques

Des fonds très importants proviennent de l'Église, clergé séculier comme régulier (séries G et H) . C'est dans le fonds de l'archevêché d'Avignon que l'on trouve la plus ancienne charte de Vaucluse datant de 898, la bulle en or de Charles II d'Anjou ou le cartulaire d'Anglic Grimoard.

Université d’Avignon

Les archives de l'université d'Avignon, fondée en 1303, se trouvent en série D.

Etat civil

Les registres paroissiaux (baptêmes, mariages, sépultures - sous-série 1 E ) sont conservés pour les paroisses provençales, alors que les registres comtadins, établis en unique exemplaire, se trouvent dans les fonds communaux, parfois déposés. Tous ont été intégralement microfilmés et numérisés.

Archives notariales

Le fonds notarial du département (sous-série 3 E) est très riche.

Plus de 60 000 registres, depuis la période médiévale, racontent l'histoire des familles, de leurs biens et de leurs alliances, leurs dévotions et leur vie sociale.

Archives administratives

Les archives administratives du département de 1790 à nos jours se retrouvent dans les séries L à Z .

Archives privées

Des fonds conservés aux Archives départementales sont d'origine privée (sous-série 2 E , série F, série J) :
•    papiers personnels
•    fonds de familles - duché de Caderousse, archives Galéan de Gadagne par exemple ;
•    archives ecclésiastiques - archevêché d'Avignon, archives du consistoire protestant du département ;
•    fonds d'entreprises industrielles ou commerciales - maison d'édition Aubanel, usine de soie Bouscarle, réglisserie Florent, minoterie Berthet ;
•    fonds de syndicats (CFTC) ou d'associations.

Presse, documents iconographiques et bibliothèque

La presse locale (10 Per ), des collections de documents figurés (1 et 2 Fi ), d'affiches (9 J) et de cartes postales (7, 8 et 9 Fi), de la documentation (1 Doc et 2 Doc) et une bibliothèque font également partie des ressources des Archives départementales.

Documents rares

Quelques pièces plus rares y figurent, comme le plan du Rhône aux environs d'Avignon de Nicolas Dipre, daté de 1514, ou deux poèmes épiques en provençal de la légende rolandienne de la fin du XIVe siècle.

Fonds des communes et hopitaux

C'est également ici que se trouvent, en dépôt, des fonds importants de communes et d'hôpitaux, dont les fonds anciens de la ville et des hôpitaux d'Avignon (E dépôt Avignon et H dépôt Avignon).