Agrandir l'image, fenêtre modale

Inventaire

Le primeur des archives : le cadastre viticole du Vaucluse !

Le fonds du cadastre viticole constitue la source privilégiée permettant de connaître l’histoire viticole du Vaucluse à l’échelle très fine de la parcelle.

Publié le

Tous ces noms vous parlent peut-être. Ce sont différents cépages que l’on trouvait (on en trouve encore certains) sur le territoire vauclusien et dont témoigne le fonds du cadastre viticole.

« Le décret du 30 septembre 1953, relatif à l'organisation et l'assainissement du marché du vin et à l'orientation de la production viticole, a prescrit un recensement général du vignoble. Ce recensement, dont la réalisation a été confiée à l'institut des vins de consommation courante (IVCC), a été effectué en établissant pour chaque parcelle de vigne un "bulletin de parcelle", comportant tous renseignements utiles : identités du propriétaire foncier et de l'exploitant, références cadastrales, situation topographique, aire de production, encépagement, âge et possibilités de récolte.

Le recensement général du vignoble avait deux buts essentiels : déterminer aussi exactement que possible le potentiel de production du vignoble et permettre d’asseoir sur des éléments précis une politique d’amélioration de la production viticole, tant en ce qui concerne les terroirs que l’encépagement".

Ce recensement du vignoble vauclusien a été effectué d’une part par la méthode dite par « passage sur le terrain » (bulletins de parcelles de vigne établis après reconnaissance préalable des parcelles complantées), et d’autre part par la méthode dite par « interrogation simple » (bulletins de parcelles de vigne établis d’après les déclarations faites par les viticulteurs).

Le fonds du cadastre viticole est lui constitué de dossiers individuels (versement 1045 W), de plans cadastraux annotés (versement 1765 W), de fiches d’encépagement et des états de sections parcellaires (versement 6 ETP).

Ces documents sont classés par communes. Ils sont constitués d’éléments sur le propriétaire foncier, sur l'exploitant et sur l'exploitation (superficie, etc.). Ils couvrent une période de 1956 à 1995.