Agrandir l'image, fenêtre modale

Clin d'œil

L’électricité, c’est Gay !

Offre de la semaine : mieux qu’une ristourne sur votre prochaine facture, un petit éclairage sur l’économie de guerre au travers d’une industrie dont la puissance ne cesse de croître.

Publié le

Les « Fournitures électriques Gay», sises au 25 rue Bonneterie à Avignon illustrent pile notre propos. Observons en premier lieu la forme. La présentation du papier à en-tête* est soignée. Le jaune, couleur de l’énergie, domine la partie supérieure du document. Une ampoule et un pylône électrique renseignent sur les produits proposés par l’entreprise. La typographie, moderne pour l’époque, donne une certaine dynamique à l’ensemble.

L’activité de l’établissement semble florissante au regard de la liste des succursales, toutes situées dans un bon quart sud-est de la France. D’un peu plus près, le contenu rédigé, qu’il soit imprimé ou saisi à la machine à écrire, apporte des informations supplémentaires. Il s’agit d’une facture adressée à l’Office départemental d’hygiène de Vaucluse pour l’achat de lampes défense passive et de lampes bleues.

La facture est datée du 3 octobre 1939. La France, sous le régime de la IIIe République et la présidence d’Albert Lebrun, est entrée en guerre contre l’Allemagne le 3 septembre 1939. C’est le début de la « drôle de guerre » durant laquelle l’armée française développe une stratégie défensive et met en place la ligne Maginot. Dans le cadre de la défense passive, des dispositions sont prises pour garantir la sécurité des personnes et des édifices. Parmi elles figurent la diminution de l’éclairage public et privé pour se protéger des bombardements aériens, ce qui justifie cette acquisition de lampes de faible intensité un peu particulières. Dans chaque département, les préfets ont chargé les maires de mettre en application cette mesure qui, vous en conviendrez, entre étrangement en résonance avec l’actualité.


La Fée électricité selon Raoul Dufy, à voir en écoutant

 

 

* Catalogue de l’exposition « Du côté de l’en-tête. Commerces et industries en Vaucluse de 1850 à 1950 ». 2008 (40 €)