Agrandir l'image, fenêtre modale

Inventaire

Un petit village caché derrière le mont Ventoux…

Ce mois-ci nous vous proposons une double publication d’inventaires concernant la commune de Savoillans : l’inventaire des archives communales et celui de l’école.

Publié le

Pour les archives communales, l’inventaire permettra de réduire la distance entre les archives déposées aux Archives départementales en 2017 et les férus de l’histoire de ce bourg. Adossé au nord du mont Ventoux, le village est le fief de la famille de Vincens et fait partie du diocèse de Gap jusqu’à la Révolution. Isolés dans une vallée paisible, les habitants ont longtemps vécu au gré des caprices du Toulourenc, rivière qui fait aujourd’hui l’attrait du village. Ce nouvel instrument de recherche s’accompagne de la numérisation des documents les plus importants pour l’histoire de la commune : délibérations et cadastre révolutionnaire.

Le fonds de l'école de Savoillans témoigne de son activité des années 1950 aux années 1970 : relations avec l'inspection académique, registre matricule, travaux d’élèves et matériels pédagogiques. À l’heure du développement des ressources éducatives sur Internet, cet inventaire nous invite à redécouvrir les supports éducatifs utilisés au XXème siècle. En effet, les enseignants de l’école primaire de Savoillans utilisaient des films pédagogiques des Éditions filmées (15 rue d'Argenteuil, Paris). Les films fixes sont des rouleaux de pellicules de 35mm. Les pellicules sont rangées dans des boîtes métalliques rondes. L'étiquette imprimée à l'encre rouge sur fond blanc mentionne le numéro du film et le sujet. La collection est incomplète. Ont été conservés 94 films des séries « Leçons de choses », « Géographie », « Métropoles », « Les colonies », « Les Fables de la Fontaine », « Contes et légendes du monde » et « Image de l'histoire ».

Une question reste en suspens même après le traitement des archives de Savoillans : faut-il écrire Savoillan ou Savoillans ?

Les sources s'accordent à dire que le nom du village vient d'un domaine gallo-romain ayant appartenu à un propriétaire nommé Sabuleius. Au cours des siècles, le nom s'est transformé en Savolhan ou Savoulhan puis Savouilhan au XVIe siècle ou Savouian en provençal. D'après Paul Peyrei, la seule forme linguistiquement valable est Savoillan, et il n'a pas tort car jusqu'à la Révolution, il est écrit Savoillan dans les registres de délibérations et paroissiaux. On ne sait pourquoi à partir du XIXe siècle, l’usage s’est établi d’écrire Savoillans, cela dès les premières années du XIXe siècle (cadastre napoléonien, registres d’état civil), reprenant peut-être ce que mentionnait vers 1780 la carte de Cassini Savouillans. L'inventaire des archives communales de 1862 (où figure le cachet de la commune Savoillans), l’usage de la commune au XIXe siècle et les dictionnaires topographiques (Jules Courtet, 1876) ont confirmé cette règle. La commune n'a jamais engagé de démarches pour fixer définitivement son nom par décret ; les archives départementales ont préféré conserver l’usage de la forme admise au XIXe siècle Savoillans.


i
Mondon (B et G.), Pinet (L et M.), "Savoillans", Les Carnets du Ventoux, n° 91, printemps 2016, p. 66